Faut-il prendre en charge l’addiction selon le genre ?  Abonné

Publié le 24/05/2013

En France, au moins trois quarts des patients qui fréquentent les centres de soins spécialisés pour les toxicomanes et les centres de cure ambulatoire en alcoologie sont des hommes. D’une part, car ils sont effectivement plus nombreux à avoir un problème d’addiction, mais d’autre part, car les femmes sont moins enclines à se rendre dans ce genre de structures. Ces dernières privilégient souvent la médecine de ville ou les groupes d’entraide, ou décrochent plus souvent seules, sans l’aide d’une cure ou de traitement.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte