Médicament

Faut-il encore avoir peur des génériques ? Abonné

Publié le 25/03/2016
Faut-il encore avoir peur des génériques ?

Ouverture
DAVID MACK/SPL/PHANIE

Moindre concentration en principe actif, présence d’excipients mal tolérés, etc. Les génériques suscitent de nombreuses craintes. Si la plupart sont désormais écartées sur le plan scientifique, la substitution continue de poser problème à certains patients. Et, globalement, les Français consomment moins de génériques que leurs voisins européens même si le rapport d’étape de l’Igas publié la semaine dernière note un léger mieux dix mois après le lancement du plan générique 2015-2017.

Malgré toutes les incitations en faveur du générique, moins d’une boîte de médicament remboursée sur trois en France est une boîte de générique, alors qu’en Allemagne ou au Royaume-Uni la proportion est bien supérieure à trois sur quatre. La prescription en DCI, théoriquement obligatoire depuis le 1er janvier 2015, reste, quant à elle, marginale. Près des trois-quarts des médicaments ne sont prescrits que sous leur nom de marque, selon l’analyse de 815 ordonnances (rédigées du 20 mai au 29 juin 2015) réalisée par l’UFC-Que Choisir (n°543, janvier 2016). Cependant, dans son rapport d’étape…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte