Réforme Bachelot

Faut-il avoir peur du service médical obligatoire ? Abonné

Publié le 13/03/2009
Faut-il avoir peur du service médical obligatoire ?


©PHANIE

Les « contrats santé solidarité » n’empoisonneront plus les négociations conventionnelles, puisque les députés ont repris à leur compte la fameuse « taxe Bachelot ». En pratique, si les déséquilibres démographiques ne sont pas corrigés dans les quatre ans, les directeurs d’ARS pourront donc passer à la manière forte.

Reculer pour mieux sauter ? Le gouvernement avait demandé aux partenaires conventionnels de trouver des solutions « opérationnelles » et « immédiates » pour lutter contre les déserts médicaux, faute de quoi les députés s’en chargeraient. Mais en dépit des velléités de quelques élus ruraux d’imposer des solutions réellement coercitives (obligation d’exercer quelques années en zones sous-dotées, gel des installations dans les zones surdotées, SROS opposables), les députés ont abouti, la semaine dernière, à une solution de compromis imaginée par le rapporteur du projet de loi, Jean-Marie Rolland…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte