Explosion thérapeutique dans la SEP  Abonné

Publié le 28/05/2010
Les innovations se sont brutalement accélérées depuis 5 ans . En attendant de pouvoir, un jour, remyéliniser les axones

Crédit photo : ©STEVE GSCHMEISSNER/SPL/PHANIE

La première période est marquée par les immunomodulateurs avec les interférons et l’acétate de glatiramer en 2002. « Ils ont une activité partielle sur les formes rémittentes en diminuant de 30 % la fréquence des poussées avec un effet modeste sur le handicap » a résumé Catherine Lubetski (Hôpital Pitié Salpêtrière, Paris) lors d’une séance à l’académie de Médecine. Leur tolérance à long terme est désormais bien connue. La deuxième période correspond à l’arrivée sur la scène de la mitoxantrone en 2006 et du natalizumab en 2008 .

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte