Infectiologie

Eurartesim® en première intention dans le paludisme  Abonné

Publié le 07/12/2012
La combinaison artesunate-amodiaquine (Eurartesim®) est désormais le traitement de référence de l'accès palustre sauf chez la femme enceinte où la quinine doit être préférée.

Crédit photo : ©SPL/PHANIE

En provenance d'Afrique majoritairement (85 à 90 % des cas), le paludisme d'importation touche principalement les migrants (2/3 des cas) dont 15 % d'enfants. « Toute fièvre au retour d'un voyage en zone d'endémie palustre doit être considérée jusqu'à preuve du contraire en relation avec un paludisme », rappelle le Pr François Bricaire (hôpital Pitié-Salpêtrière, Paris). Un bilan biologique comprenant un frottis goutte épaisse, des hémocultures, une NFS et une parasitologie des selles doit donc être demandé.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte