Etre mince, c’est écolo  Abonné

Publié le 24/04/2009

Crédit photo : ©PHANIE

Dans la mesure où la production alimentaire a un impact négatif sur le changement climatique, les personnes qui mangent peu sont moins néfastes pour l’environnement qu’une population dont le taux d’obèses s’élève à 40 %. Une étude londonienne parue dans International Journal of Epidemiology accrédite cette hypothèse en montrant un parallélisme entre l’indice de masse corporelle et l’émission de gaz à effet de serre. Ils ont comparé deux modèles de populations, l’une ayant un taux d’obèse de 3,5 % et l’autre une prévalence d’obésité de 40 %.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte