Troubles du comportement paroxystiques

Et si c’était une crise d’épilepsie ? Abonné

Publié le 20/11/2009

Dans 5% des cas, la sémiologie de la crise comitiale peut être complexe et mimer des troubles du comportement.

Si les aires corticales primaires traitent les informations élémentaires, certaines, plus complexes, dites aires associatives, permettent aux individus d'ajuster leurs comportements à leur environnement. Lorsque ces régions sont stimulées de façon pathologique, comme dans certaines épilepsies, elles favorisent l’apparition de comportements totalement inadaptés. L’hyperexcitation du cortex frontal antérieur induit ainsi des troubles émotionnels à type d’agitation, fuite ou grande frayeur, de survenue inopinée. Des comportements non sens ou stéréotypies ont aussi été décrits, liés à une…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte