Trois questions au Dr Michel Legmann*

« Et pourquoi pas, des caméras ? »  Abonné

Publié le 01/04/2011
Les chiffres 2010 de l’observatoire sur la sécurité montrent un accroissement de 80 % des agressions dont sont victimes les professionnels de santé, généralistes en tête. Est-ce la traduction d’une explosion des faits de violence ou est-ce lié à un nombre accru de déclarations de leur part ?

Dr Michel Legmann. La réponse se situe, je pense probablement entre les deux. Depuis que nous avons créé, Jaques Lucas et moi, cet observatoire, nous essayons chaque année de faire progresser dans l’esprit des médecins la nécessité de déclarer une agression et de porter plainte.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte