En Roumanie, la police va contrôler les arrêts maladie

Publié le 14/04/2010

Le gouvernement roumain a adopté mercredi une ordonnance visant à réduire le nombre des arrêts maladie, qui a explosé ces dernières années, en prévoyant des contrôles au domicile des bénéficiaires et un durcissement des sanctions appliquées médecins trop complaisants. « Ce qui se passe actuellement en termes d'arrêts maladie dépasse toutes les limites » a déclaré le ministre de la Santé Attila Cseke, à l'issue d'une réunion du gouvernement.Selon lui, les dépenses liées aux congés maladie ont dépassé 220 millions d'euros en 2009, soit quasiment le double du montant en 2006. « Il est inadmissible que 6% du Fonds national d'assurances de santé aille aux congés maladie » s'est-il insurgé. En 2009, 2,7 millions d'arrêts maladie ont été prescrits, alors que la Roumanie compte environ 5 millions d'employés. En vertu du nouveau texte, « des représentants de l'employeur et, selon le cas, de la police » sont autorisés à se rendre au domicile du patient pour vérifier qu'il y est. Si le bénéficiaire ne se trouve pas à l'adresse indiquée, il sera privé de l'indemnité prévue. Les médecins qui prescrivent des arrêts maladie en violation de la loi seront passibles d'amendes allant de 1 200 à 2 400 euros, soit l’équivalent d’un à deux mois de revenus! Les patients souffrant de certaines maladies chroniques de même que les femmes enceintes ou en congé maternité ne seront pas concernés par cette loi.


Source : legeneraliste.fr