En manque de masques, les médecins en appellent aux dons et aux couturières

Par
Publié le 21/03/2020
Affiche

Affiche
Crédit photo : BURGER/PHANIE

Solidarité et système D. Voici ce sur quoi comptent désormais les professionnels de santé pour se procurer des masques en quantité suffisante. Malgré une nouvelle distribution provenant du stock gouvernemental cette semaine, les équipements de protection manquent en ville. Les généralistes ont récupéré dans les pharmacies ce mercredi 18 masques (en majorité chirurgicaux) pour une durée d'une semaine. Une dotation jugée bien insuffisante pour la plupart des médecins. « Dans le Bas-Rhin, donc "en zone d'exposition à risque" livraison ce jour à la pharmacie de quatre boîtes de masques FFP1 (selon le pharmacien encore moins bien que masque chirurgical) pour 5 médecins et 2 cabinets infirmiers… », témoignait Audrey Z., étudiante en santé, sur legeneraliste.fr. D'autres praticiens déploraient carrément ne pas avoir encore trouvé de masques dans leurs officines. 

Entreprises, élus et particuliers mobilisés

La réalité est que les masques sont devenus une denrée rare et précieuse dans l'Hexagone. La question de la gestion des stocks de masques par les pouvoirs publics, aussi bien chirurgicaux que FFP2, sur les dix dernières années, sera sans aucun doute l'une des grandes leçons à tirer de cette épidémie. Mais en attendant, sur le terrain, certains bénéficient de beaux gestes de solidarité. Plusieurs élus locaux ont décidé d'envoyer leurs dotations en équipements de protection, normalement destinées aux employés municipaux, aux médecins généralistes de leur secteur, comme la mairie d'Avignon, qui a annoncé avoir débloqué un stock de 8 000 masques et 88 litres de gel hydroalcoolique pour ses praticiens, rapporte France bleu.  

Hier, le président du syndicat UFML-S, le Dr Jérôme Marty a lancé un appel aux dons de masques, s'adressant aux entreprises privées, administrations, agriculteurs, dentistes, associations… De nombreuses entreprises privées se sont d'ores et déjà mobilisées. Ouest France rapporte qu'à Sablé-sur-Sarthe, une entreprise de boulonnerie a fait un don de 800 masques FFP2 stockés pour la grippe aviaire aux professionnels de santé libéraux de la commune.

Des entreprises solidaires

À Vierzon, la société "les Champignonnières de Sologne", a livré ce mardi 400 masques FFP2 à la mairie de Vierzon afin de les redistribuer au personnel d'aide à domicile, informe aussi Le Berry Républicain. Le patron a assuré qu'il pouvait également fournir dix masques aux généralistes qui en auraient besoin. Le twittos @Draleksio a réussi pour sa part à se procurer des masques FFP3, grâce à un don d'une entreprise de désamiantage de son secteur. Des étudiants en faculté de pharmacie à Angers et Grenoble se sont eux mobilisés pour produire des solutions hydroalcooliques à distribuer aux soignants par le biais de leur plateforme de solidarité Pharm'Help.

Sur les réseaux sociaux, de nombreux tutos permettant de réaliser des masques en tissus circulent également. Des patients n'hésitent pas à consacrer leur temps libre à la couture pour fournir leur médecin traitant en masques. La généraliste @docteurmilie sur Twitter n'a pas caché son émotion lorsqu'un patient est venu lui apporter un carton entier de masques FFP2 ce vendredi. 

Quand l'Etat en appelle aux particuliers

Malgré les belles solidarités créées, l'appel aux dons de masques se poursuit. Les URPS des infirmières libérales et médecins libéraux de la région Paca ont appelé hier les tatoueurs, esthéticiennes et autres entreprises de bricolage à les dépanner en masques. La préfecture de Zone de Défense et de Sécurité Est, l'une des zones les plus touchées par l'épidémie, a également lancé une bouteille à la mer sur son compte Twitter ce matin, affirmant manquer de masques FFP2 et chirurgicaux. Le combat pour obtenir des équipements adaptés dans les cabinets de ville n'est donc pas terminé.


Source : legeneraliste.fr