Présidentielles

Elysée: Un cancérologue s’invite dans la campagne

Publié le 05/10/2011
Victor Izrael était donc le candidat mystère à la présidentielle dont les clips taquinaient les internautes depuis quelques jours. Le célèbre cancérologue a trouvé ainsi le moyen d’inviter une grande cause dans la course à l’Elysée...

Crédit photo : GARO/PHANIE

«En 2012 votez la vie !» «Ne laissez pas le cancer s'occuper des chômeurs ...» «Pourquoi réformer la retraite, si on ne peut pas la prendre ?» Le candidat à la présidentielle de 2012, dont plusieurs clips étaient mystérieusement postés sur internet depuis quelques jours, était donc le cancérologue Victor Izrael. Le célèbre oncologue, qui a pris la tête d’un nouveau «Parti contre le cancer», a trouvé ce moyen pour animer la campagne 2012 autour de qui reste une des priorités du président Sarkozy. Depuis plusieurs jours, plusieurs clips mystères postés sur internet réalisés par l'agence de communication Euro RSCG entretenaient le suspense.

Né en 1937, chef de service à l'hôpital Tenon, le Pr Victor Izrael est le président fondateur de l'Aprec (Alliance pour la recherche en cancérologie). Dans sa profession de foi, il dit s'engager pour un «égal accès de tous à des soins de qualité, une approche plus humaine de la prise en charge des malades, une prévention et un dépistage organisé plus efficaces, ainsi qu’un soutien massif à la recherche, qui seule permettra de terrasser définitivement le cancer». «J'ai choisi d’endosser les habits d’un candidat pour aller jusqu’au bout de cette démarche, » se justifie le cancérologue.

Cette initative a jusque-là été plutôt bien accueuillie par le gouvernement. Valérie Pécresse, porte-parole du gouvernement, a en effet affirmé mercredi qu’il s’agissait d’une «candidature de témoignage», «utile, dans la mesure nous avons besoin de grands témoins qui nous alertent. Et je pense que la candidature du professeur Izraël se situe dans ce cadre». Rappelant la mise en place des plans cancer 1 et 2 du gouvernement, elle a au passage assuré que le cancer était «une priorité du gouvernement, que ce soit en matière de recherche et de soins. Pour cette pathologie, nous aurons fait faire, en l'espace de deux mandats (le second de Jacques Chirac et celui de Nicolas Sarkozy) un bon à la recherche», a-t-elle ajouté.

PB (avec AFP)

Source : legeneraliste.fr