Elise Reynier* : « Proximité et suivi au long cours, cela me plait »  Abonné

Publié le 22/01/2010

L’hôpital, pour Elise, c’est niet. « Je n’y retrouve pas ce qui me plaît dans la médecine générale, à savoir la proximité et le suivi au long cours des patients ». Son exercice futur, la jeune femme le voit en milieu rural ou semi-rural et en maison de santé pluridisciplinaire. Et pourquoi pas en tant que salariée, lorsque que ce sera possible. « Mais pour l’instant la rémunération à l’acte reste dans les faits, la seule formule viable. Pour l’instant». Elle n’est pas non plus intéressée par l’option qui lui permettrait d’être salariée d’un autre confère.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte