Economies à l’hôpital: dures dures, selon le patron de l’AP-HP

Publié le 02/05/2014

Le plan d'économies prévu par le gouvernement pour l'hôpital, "ça sera possible mais c'est extrêmement difficile", a jugé vendredi le directeur général des hôpitaux parisiens, Martin Hirsch. Sur les 10 milliards d'économies envisagés par le gouvernement pour l'assurance maladie d'ici 2017, l'hôpital participera à hauteur de 2 milliards, et des séjours raccourcis à l'hôpital devraient permettre de dégager 1 milliard, selon ce qu’a annoncé Marisol Touraine.

Or, "l'hôpital a déjà fait des économies année après année, l'hôpital n'est pas un endroit où les dépenses s'emballent", a fait valoir sur France Info le patron de l'Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP). "On doit faire des économies sans que ça soit au détriment des malades, on n'est pas là pour enlever de la qualité, on n'est pas là pour rationner les soins", a expliqué Martin Hirsch. "Il faut qu'on fasse des économies sans rentrer dans le rationnement". Et puis, "il faut qu'on fasse des économies sans que cela se fasse au détriment de l'emploi", a poursuivi le responsable de l'AP-HP qui emploie 92.000 personnes. Dans la foulée du gouvernement, la Fédération hospitalière de France (FHF) avait présenté début avril une série de mesures pour économiser de 5 à 7 milliards en cinq ans, indiquant que ces économies ne pourraient se faire sans baisser les emplois.


Source : legeneraliste.fr