Economie d’échelles  Abonné

Publié le 24/05/2013

La décision d’utiliser un calculateur plutôt qu’un autre a des conséquences importantes sur la catégorisation et l’estimation du risque absolu selon un article paru en avril dans Circulation. Les auteurs ont comparé 25 calculateurs de risque et leurs observations sont saisissantes. 41 % des patients présentaient un risque à la fois faible, moyen et élevé selon le calculateur utilisé. Chez les non diabétiques, le plus haut risque déterminé par un score était près de 5 fois plus élevé (4,9) que le plus bas risque estimé par un autre calculateur pour le même patient.


Source : Le Généraliste: 2645