Du côté physiopathologique  Abonné

Publié le 27/05/2011

« Les phénomènes d'oxydation, de protéolyse, d'adhésion leucocytaire, de coagulation et d'agrégation plaquettaire à l'interface sang circulant/thrombus et la réponse immuno-inflammatoire adventitielle que les AAA provoquent libèrent des biomarqueurs, qui sont des cibles potentielles pour l'imagerie moléculaire et le traitement de l'AAA », explique François Rouzet (hôpital Bichat, Paris). Autre donnée intéressante, la mise en évidence du rôle pathogène possible de la colonisation bactérienne.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte