Navette

Du consensus au bras de fer

Publié le 20/12/2011

Après l’affaire Médiator, tous s’accordaient à dire qu’il fallait réformer le système de contrôle des médicaments. Engagé dans le prolongement des Assises du médicament organisé par le ministère de la Santé, le débat avait commencé dans un climat assez consensuel. Le projet de loi avait été adopté en première lecture début octobre, le PS s’étant abstenu après avoir vu plusieurs de ses amendements pris en compte, notamment celui sur la création d’une base publique de données sur les maladies et leurs traitements.

Un consensus de courte durée puisque le texte a finalement été durci un mois plus tard lors de son passage au Sénat. Dans un Sénat à majorité de gauche, les sénateurs avaient voté l’interdiction de tout lien d’intérêts aux dirigeants d’autorités sanitaires. lls s’étaient également prononcés en faveur de la possibilité pour les victimes d’effets indésirables graves de médicaments de mener en justice des actions de groupe. Mais l’Assemblée avait décidé fin novembre de supprimer la plupart des amendements du Sénat, jugeant notamment que l’action de groupe méritait un débat plus large.


Source : legeneraliste.fr