Dr Gilles Grandmottet*:  Abonné

Publié le 24/02/2012

« En 1994, il n’y avait pas de réseau GROG en Franche-Comté. J’ai donc décidé de créer ce réseau avec un petit groupe de médecins avec qui nous avions déjà l’habitude de nous rencontrer. L’idée de surveiller une pathologie qui ne l’était pas m’a semblé être un projet très intéressant. La surveillance est très simple. Cela nous prend 5 à 10 min par jour pour faire le total des données récoltées. Même les prélèvements nasopharyngés que nous réalisons avec des kits prévus à cet effet ne nous prennent finalement pas beaucoup plus de temps.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte