Euthanasie

Double épée de Damoclès pour le Dr Bonnemaison  Abonné

Publié le 09/09/2011
Le médecin urgentiste de Bayonne saura mardi s’il est maintenu en liberté par la Cour d’appel de Pau. De son côté, le Conseil national de l’Ordre devrait désigner une chambre régionale disciplinaire dès le 14 septembre pour statuer sur le cas de ce médecin poursuivi pour euthanasie.

Ce sera donc le 13 septembre prochain que la cour d’appel de Pau dira si elle maintient ou non le Dr Nicolas Bonnemaison en liberté. Cet urgentiste de l’hôpital de Bayonne est en effet mis en examen pour des faits d’euthanasie active, passibles de la réclusion criminelle à perpétuité. La mise en examen du praticien est intervenue le 12 août dernier pour « empoisonnement sur personnes particulièrement vulnérables », le Dr Bonnemaison étant soupçonné d’avoir pratiqué des injections ayant entraîné la mort de quatre patientes en fin de vie.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte