Ethique

Don d’organes : pour un oui ou pour un non ?  Abonné

Publié le 10/04/2015
Qui ne dit mot consent... Surfant sur cette logique, l’amendement de Jean-Louis Touraine et Michèle Delaunay espère relancer les possibilités de transplantation. Mais tout le monde n’est pas d’accord...

Crédit photo : DR

Faut-il renforcer le principe du consentement présumé au don d'organes au point de considérer que la personne qui ne s’y est pas opposée de son vivant est d’accord ? La question devait être débattue cette semaine à l’Assemblée dans le cadre de la loi de santé. Un amendement déposé par Jean-Louis Touraine et Michèle Delaunay propose qu’à partir de 2018, tout un chacun soit réputé d’accord pour donner ses organes, sauf à ce qu’il soit inscrit sur un registre du non. L’entourage ne serait a priori plus consulté pour connaître la volonté du défunt, mais seulement informé.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte