Éditorial

Dilemme  Abonné

Publié le 09/05/2014

Crédit photo : ©PHANIE

« Crise de confiance ». Le diagnostic posé par l’Inspection Générale des Affaires Sociales sur l’actuel dispositif de DPC sonne comme un désaveu de l’action des pouvoirs publics. Pas seulement depuis le retour de la gauche au pouvoir, mais depuis que l’on a institué la FMC obligatoire il y a près de 25 ans. Certes, la mission de l’IGAS ne remonte pas si loin dans le temps, ce n’était d’ailleurs pas son propos. Pourtant les critiques portées sur l’action de l’Etat depuis que le DPC existe valent sans doute pour l’ensemble de son œuvre.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte