Chronique de CD

Diana Krall  Abonné

Publié le 07/05/2009

Crédit photo : ©MAXWELL R

«J’ai voulu un disque sensuel et carrément érotique» confie Diana Krall. Dans le genre, rien de telle qu’une bossa nova languide. La chanteuse-pianiste retrouve ici Claus Ogerman, l’arrangeur des Sinatra, Getz, Evans, Brecker ou encore Jobim et Gilberto, ces monstres sacrés de la musique brésilienne, principale source d’inspiration de ce CD. Agréable musique de fond, Quiet Nights ne répond malheureusement pas toujours au but recherché et à ce que nous étions en droit d’attendre d’une si prestigieuse affiche.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte