Deux décisions de justice sévères pour les généralistes  Abonné

Publié le 05/11/2010

Dans deux arrêts récents, la Cour de cassation se montre particulièrement sévère à l’encontre de généralistes. Dans le premier, elle a estimé qu’un praticien pouvait être tenu pour responsable du décès d’une patiente qu’il n’avait pas hospitalisé à temps pour complications de grippe, même si la perte de chance n’était pas avérée. Dans le second, la Cour a considéré qu’il était possible de retenir la responsabilité, même sans erreur du praticien s’il n’avait pas suivi certaines recos (en l’occurrence prescription de paracétamol, plutôt qu’aspirine).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte