Infertilité

Des tests ADN à l’épreuve  Abonné

Publié le 24/05/2013
Si le test de Huhner et le spermogramme sont la référence dans le diagnostic de l’infertilité masculine, de nouveaux tests de l’intégrité de l’ADN spermatique font leur apparition. Ils permettent d’affiner la caractérisation de la qualité du sperme. Mais leur utilisation en routine est en débat.

En France, 5 à 10 % des couples rencontrent des difficultés pour accéder à une grossesse désirée. Dans plus d'un tiers des cas, l'infertilité masculine est à l'origine de ce problème. Pour chercher la responsabilité de l'homme dans la stérilité d'un couple, on réalise tout d’abord un test post-coïtal de Huhner. Si ce dernier montre une anomalie des spermatozoïdes, le spermogramme sera alors requis.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte