Des propositions pour sauver l’hôpital local

Publié le 17/09/2013

Les autorités de la santé n’ont « pas de vision claire » de l’avenir des hôpitaux locaux. Selon la Cour des Comptes, qui consacre un chapitre entier de son rapport sur l’application du PLFSS à cette question, les pouvoirs publics n’ont jamais très bien su ce qu’ils voulaient faire de l’hôpital local, en faisant, un jour, une tête de pont pour la reconquête des soins de proximité dans les déserts médicaux et, un autre, une structure d’aval des autres établissements. Autant dire que les sages de la Cour des Comptes incitent les ARS à opter avec volontarisme pour la seconde solution. Avec les conséquences que cela comporte : « la participation des médecins libéraux à l’activité des anciens des hôpitaux locaux constitue un élément essentiel de leur pérennité, cette dernière étant elle-même un outil dans la lutte contre les déserts médicaux, » peut-on lire dans son rapport. Les magistrats financiers sont néanmoins pessimistes et décrivent une évolution préoccupante : la pénurie de généralistes autour de ces structures, poussant celles-ci à embaucher des PH salariés, qui a leur tour risquent de faire fuir les médecins libéraux encore en activité à l’hôpital… En lisant le rapport, on a d’ailleurs l’impression que le mouvement de fermetures des hôpitaux locaux n’est pas terminé. Dans ce contexte, la Cour des Comptes ne juge pas nécessaire de faire des économies sur le dos des hôpitaux locaux. A l’inverse, elle plaide pour une adaptation de la T2A à leurs missions particulières et suggère des modifications dans la rémunération des généralistes qui y interviennent : moins de C et plus de forfaits.


Source : legeneraliste.fr