Des prescriptions soumises à conditions  Abonné

Publié le 04/11/2011

Dans le cadre de la réévaluation des médicaments anti Alzheimer, la HAS s’est prononcé pour la première fois sur leur durée de prescription. « Au bout de six mois, la poursuite du traitement doit faire l’objet d’une réévaluation attentive du médecin prescripteur » indique l’Agence. Si le patient atteint les objectifs fixés (stabilisation ou ralentissement du déclin cognitif par exemple) sans effet indésirable grave et/ou altérant sa qualité de vie, il pourra être poursuivi jusqu’à un an.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte