Des parlementaires opposés à l’« assistance sexuelle pour handicapés »

Publié le 13/04/2011

Le rapport de la mission parlementaire sur la prostitution, publié mercredi, considère « inenvisageable » de « reconnaître une exception législative au proxénétisme au profit de l'assistance sexuelle » pour les personnes handicapées. La possibilité de recourir à l'« assistance sexuelle » existe notamment aux Pays-Bas, en Allemagne et en Suisse mais elle n'a pas d'existence légale en France. « De nombreuses associations (...) militent activement en faveur de la création de services de ce genre » à travers « une exception juridique au proxénétisme » constate le rapport. Une démarche soutenue par le député UMP Jean-François Chossy, qui veut légaliser les assistants sexuels en France. Mais si la « mission soutient en totalité les revendications (...) pour que soit reconnu et favorisé l'accès (des personnes handicapées) à une vie affective et sexuelle », elle ajoute qu'on « ne saurait, sous couvert de cette intention, porter atteinte aux principes fondamentaux ». Premier d'entre eux, « il ne saurait être reconnu de droit à une vie sexuelle ». Deuxième, le « risque de discrimination » engendrée par la limitation de ce droit « aux seules personnes en situation de handicap et à certaines d'entre elles en particulier ». Enfin, d'après le rapport, l'aménagement d'une exception comporte le risque d « une stigmatisation des personnes handicapées ».


Source : legeneraliste.fr