Des milliers de manifestants contre la politique de santé du gouvernement

Publié le 02/04/2011

Des milliers de personnes ont participé samedi à des rassemblements contre la politique de santé du gouvernement, organisés dans plusieurs villes à l'appel d'associations d'usagers, de syndicats et de partis politiques de gauche. Les manifestants ont dénoncé les restructurations hospitalières, qui se traduisent par des fermetures de services, mais aussi la désertification médicale en milieu rural et dans les banlieues, ou encore les dépassements d'honoraires en libéral et les baisses de remboursements par la Sécu.

A Paris, entre 2.000 (selon la police) et 5.000 personnes (selon les organisateurs) se sont rassemblées place de la Bastille. Parmi les manifestants, on relevait la présence du Pr André Grimaldi, professeur à la Pitié-Salpétrière, ou du président du conseil régional d'Ile-de-France Jean-Paul Huchon (PS). A Lyon, un peu plus de 500 personnes (chiffre de la police) ont défilé dans le centre-ville. A Bordeaux, environ 400 personnes ont fait de même, précédés par des handicapés en fauteuil. Elles étaient environ 300 à Toulouse et 450 à Niort. A La Seyne-sur-Mer (Var), un millier de personnes ont formé un H (pour hôpital), pour défendre la maternité de la commune, menacée de fermeture. Des rassemblements ont aussi été organisés à Nancy, Rennes ou encore Lille.

De son côté, l'association Vaincre l'autisme a organisé une marche samedi à Paris pour revendiquer une meilleure intégration des enfants autistes dans la société et des "prises en charge adaptées". Cette marche, de l'Hôtel de Ville à l'Assemblée nationale était organisé à l'occasion de la Journée mondiale de sensibilisation à l'autisme. A l'issue, l'association devait lancer "un manifeste international contre le packing". La technique du packing consiste en un enveloppement serré, humide (le plus souvent froid) suivi d'un réchauffement réalisé avec des draps et des couvertures, au cours de séances répétées, qui selon l'association Vaincre l'autisme "porte atteinte à l'état de santé de l'enfant".


Source : legeneraliste.fr