Dérapages incontrôlés  Abonné

Publié le 19/06/2009

Gigantesque, abyssal, monstrueux ? Les mots ne suffisent plus pour qualifier le déficit de la Sécu, tel que le prévoit la Commission des comptes pour la fin de l’année. Avec plus de 20 milliards d’euros, dont la moitié pour la seule branche maladie, le « trou » atteint des profondeurs jamais égalées. Et, si l’on cumule ce solde avec les autres déficits publics, on dépasse, de l’aveu même d’Eric Woerth, les 6% du PIB. Il est vraiment loin, le « Pacte de stabilité » qui imposait à tous les Etats de la zone euro un seuil maximal de 3% !

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte