Anévrysmes de l'aorte abdominale

Dépister et freiner la progression  Abonné

Publié le 27/05/2011
Dépister et freiner la progression


©SPL/PHANIE

Le pronostic de la rupture de l'anévrysme de l’aorte abdominale (AAA) est très sombre, avec une mortalité de 80 à 90%. La période pendant laquelle l'anévrysme évolue à bas bruit devrait être mise à profit pour dépister les AAA relevant d'une intervention et tenter de ralentir l'évolution des plus petits.

Les facteurs de risque de l'anévrysme de l’aorte abdominale (AAA) sont le sexe masculin (Odds ratio=5,69), l'HTA (OR=1,33) les antécédents d'IDM (OR=2,28) ou d'atteinte polyartérielle (OR 2,50) et surtout le tabagisme (OR=2.41). Le risque de rupture est parallèle à la taille de l'anévrysme avec, au-delà de 5 cm de diamètre, un risque de 3 à 4%, supérieur à celui du risque opératoire à froid. Enrayer l'évolution d'un AAA Les AAA de plus de 5,5cm relèvent de l’intervention chirurgicale. En deçà, l’attitude devrait être plus active qu’une simple surveillance afin de ralentir leur croissance. …

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte