Dépendance : 9 français sur 10 attendent une aide concrète

Publié le 22/04/2013

La moitié des Français (49%) déclarent s'être déjà occupés d'un proche en perte d'autonomie, indique lundi une étude Opinionway pour l'Observatoire de la santé Le Figaro-Weber Shandwick. Parmi eux, 17% l'ont fait régulièrement, 17% de temps en temps et 15% rarement. Logiquement, ce sont les Français les plus âgés qui sont davantage concernés: 56% des 50-64 ans et jusqu'à 71% des 65 ans et plus. Mais en raison de l'allongement de l'espérance de vie, les jeunes sont aussi mobilisés (40% des 18-24 ans), révèle ce sondage. Dans les trois quarts des cas, ces "aidants" se font eux-mêmes aider, principalement par d'autres membres de la famille (36%) ou par des professionnels (33%). Alors que le gouvernement prépare une loi pour la fin de l’année, cette enquête montre que la très grande majorité (90%) de nos concitoyens est en attente d'une aide concrète pour faire face à cette situation. Quand on demande à l'ensemble des Français interrogés quel type de soutien leur serait le plus utile en tant qu'aidant familial, ils citent à égalité le conseil auprès d'un réseau d'entraide, une association ou une structure publique (49%) et une formation d'une vingtaine d'heures (48%). Les maladies perçues comme étant les plus difficiles à gérer pour l'entourage familial sont principalement les maladies neuro-dégénératives type Alzheimer/Parkinson (85%) et les séquelles d'un AVC (63%).

Etude réalisée entre le 10 et le 11 avril auprès d'un échantillon représentatif de 1.010 individus de 18 ans et plus, constitué selon la méthode des quotas.

Source : legeneraliste.fr