Décryptage de l’ADN de l’E. coli pathogène

Publié le 28/07/2011

Une équipe internationale dont les travaux sont publiés dans le New England Journal of Medicine a décortiqué les séquences d’ADN de la bactérie responsable de l’épidémie, ce qui permet d’en savoir plus sur sa dangerosité et sa sensibilité aux antibiotiques. Elle fait partie de la souche EAEC (EnteroAggregative E. Coli) dont elle diffère par la sécrétion de shiga toxines (Stx2) et de facteurs de virulence inédits. L’équipe a découvert que l’expression du gène codant pour la shigatoxine était augmentée par certains antibiotiques comme la ciprofloxacine. D’où la conséquence pratique de ne pas utiliser ces antibiotiques dans les cas où l’on suspecte une infection à cette bactérie. Le séquençage a montré que l’échange de matériel génétique entre les bactéries sécrétrices de shigatoxines est parvenu à l’émergence de cette souche très virulente classée O104:H4 EAEC. Les analyses ont également révélé que cette évolution est assez récente. L’équipe a montré que de nombreuses différences génétiques sont impliquées dans la virulence de la souche bactérienne.

Un des auteurs, le Dr David A. Rasko, (University of Maryland School of Medicine, Institute for Genome Sciences and Department of Microbiology and Immunology) a précisé « nos résultats fournissent le séquençage génomique publié le plus complet jusqu’à présent » .


Source : legeneraliste.fr