Déconfinement : l'Académie de médecine contre l'isolement imposé aux séniors

Par
Publié le 16/04/2020
Siège de l'Académie de médecine

Siège de l'Académie de médecine
Crédit photo : GARO/PHANIE

Dans un communiqué intitulé « Pour une méthodologie de déconfinement respectueuse de l’Humain », l'Académie nationale de médecine déclare son opposition d'imposer aux personnes âgées de rester confinées après le 11 mai : « il est difficile d’anticiper la sortie de crise et la mise en œuvre du déconfinement s’avère très délicate. La tentation simplificatrice consistant à gérer cet épisode par tranches d’âge et à imposer aux personnes âgées, au nom de leur propre protection, de rester confinées n’est pas satisfaisante ». Le 5 avril dernier, cette institution avait déjà demandé que la sortie du confinement soit décidée sur la base de la région, et non pas de la classe d'âge.

L'humanisme avant la logique des statisticiens

Nos académiciens mettent en avant quelques « principes élémentaires d'humanisme ». Ils insistent sur le fait de ne pas sous-estimer la souffrance morale, et de ne pas faire non plus d'amalgame entre les personnes âgées, celles en situation de handicap ou affectées par une maladie chronique. Ce qui paraît « compréhensible pour un statisticien, peut être très mal vécu par les personnes humaines ainsi cataloguées », indique l'Académie qui rappelle qu'à titre individuel, toute catégorisation a ses limites.

Des recommandations mais pas de réglementation arbitraire

Aussi l’Académie nationale de Médecine recommande pour la sortie du confinement des règles à adapter au cas par cas, en incitant la population générale à la solidarité intergénérationnelle et en continuant à appliquer  les règles d’hygiène et les mesures barrière, incluant le port d’un masque grand public.

Elle demande de « considérer toutes les personnes présentant une fragilité de quelque nature que ce soit (âge, handicap, maladies chroniques) comme des personnes responsables et utiles à la société, et ne leur proposer que des recommandations, à l’exclusion de toute réglementation contraignante et arbitraire ; et de respecter dans tous les cas la décision du patient, issue du colloque singulier qu’il entretient avec son médecin ».


Source : legeneraliste.fr