Santé des LGBT+

De l'importance d'être un généraliste friendly  Abonné

Publié le 02/03/2018
De nombreux patients LGBT+ (lesbiennes, gay, bisexuels et trans...), par peur de leur jugement, n’évoquent pas leurs orientations sexuelles avec leur médecin et ont déjà repoussé des soins. Afin d’établir un meilleur dialogue et éviter un défaut de prise en charge, d’aucuns réclament des formations spécifiques pour les généralistes.

En juillet dernier, un généraliste était condamné par la chambre disciplinaire de l’Ordre des médecins de Bourgogne à un mois d’interdiction d’exercice et 1 000 euros d’amende pour des propos homophobes tenus sur Facebook. Le praticien avait relaté avoir loupé l’orientation sexuelle de son patient car il était « plutôt un Monsieur tout le monde » et pas « un homo de type fofolle ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte