Diagnostic

Dans la jungle des autotests  Abonné

Publié le 20/02/2015
Autotests de grossesse, de glycémie, de dépistage du VIH ou de l’infertilité masculine... Quelle peut être leur place dans le système de soins ? Quels sont leurs atouts et leurs faiblesses ? Un monde très hétérogène, où l’utile côtoie l’abusif.

Crédit photo : VOISIN/PHANIE

Début février, la société AAZ signalait la disponibilité prochaine, en pharmacie, d’un premier autotest censé évaluer la fertilité masculine. Trois mois plus tôt, le 1er décembre 2014, la Journée mondiale de lutte contre le Sida était l’occasion d’annoncer l’arrivée en France, en juillet 2015, des premiers autotests de dépistage de l’infection à VIH.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte