« Crise de foi »  Abonné

Publié le 01/10/2010

Crédit photo : ©DR

La directrice de la Cpam de Privas m’intente une procédure pour un arrêt de travail mal rédigé. Elle me reproche la date et le motif de l’arrêt qui sont incorrects. Cet arrêt remonte a 6 mois et personne ne m’a averti auparavant pour me signaler une erreur. Une procédure a été intentée sans sommation et je suis sous la menace d’une pénalité financière de 2 500 euros. Notre métier est difficile, une erreur est toujours possible dans la rédaction d’un certificat parmi les centaines que nous remplissons chaque année.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte