Covid-19, les leçons à mi-parcours : « Cette épidémie pose la question du déploiement du data tracking »

Par
Publié le 17/04/2020

Que faudra-t-il retenir de la crise que nous traversons ? La question a été posée par Le Généraliste à dix experts (médecin, économiste, sociologue…). Voici la réponse de David Gruson, directeur du programme santé Jouve (groupe français produisant des solutions algorithmiques) et fondateur de l’initiative citoyenne Ethik-IA du CCNE.

« Il faut être prudent et ne pas faire d’analyses à trop longue portée. On est encore dans la phase de gestion de crise, qui reste essentiellement humaine, avec des moyens parfois rudimentaires donnés aux soignants. Mais il serait faux de dire que la technologie ne joue aucun rôle. L’intelligence artificielle (IA) a été exploitée en Asie et aux États-Unis pour croiser les données de santé et pré-détecter des foyers épidémiques. Le recours à l’apprentissage automatique par reconnaissance d’images à partir de clichés pulmonaires a aidé à diagnostiquer le Covid-19. À ce stade, on observe toutefois une désorganisation dans le recours à ces outils et une hétérogénéité selon les pays.

Éthique Cette crise pose aussi la question du data tracking pour enrayer la pandémie et gérer le déconfinement. Des solutions, venant de Chine ou de Corée du Sud par exemple, existent mais peuvent être jugées contraires au règlement général de la protection des données européen (RGPD). Des travaux sont menés pour voir à quelles conditions on pourrait adopter ces technologies ici. Le risque le plus grand serait d’utiliser des solutions conçues ailleurs et dont on ne pourra pas garantir l’éthique.

Volontariat En cas de crise ou d’urgence sanitaire, le RGPD prévoit de mettre entre parenthèses un certain nombre de contraintes formelles. Des voies de passage sont en train d’être aménagées avec des recours au data tracking sur la base du volontariat et à condition de s’entourer d’un certain nombre de prérequis éthiques. Deux principes du projet de loi de bioéthique devraient à mon sens s’appliquer ici : l’information au patient sur le recours au traitement des données et une garantie humaine de la technologie grâce à un collège associant professionnels de santé et patients. »


Source : Le Généraliste: 2908