Covid-19, les leçons à mi-parcours : « Ces événements devront renforcer la démocratie sanitaire »

Par
Publié le 17/04/2020

Que faudra-t-il retenir de la crise que nous traversons ? La question a été posée par Le Généraliste à dix experts (médecin, économiste, sociologue…). Voici la réponse de Delphine Blanchard, patiente partenaire au sein des groupes de travail de la Haute Autorité de santé (HAS).

« En tant que patiente en dialyse à domicile anxieuse, je n’ai pas été repliée depuis plus d’un mois et demi dans mon centre de dialyse de référence où je me rends d’habitude tous les 15 jours, et je me sens un peu isolée. J’ai une équipe de ville extraordinaire, ma généraliste m’appelle au moins une fois par semaine, les infirmières libérales ne me lâchent pas, les pharmaciens me livrent des médicaments. Il y a une solidarité géniale et c’est avant tout cela que je retiens. Je pense qu’un certain nombre de généralistes ont sollicité leurs patients chroniques pour leur demander comment ils allaient et leur dire qu’ils étaient là si besoin. Je n’ai jamais autant eu ma généraliste au téléphone et je n’ai jamais été aussi proche d’elle.

Injonctions paradoxales Malgré cela, en tant que patiente, je crois que beaucoup d’inquiétudes vont ressortir de cette crise. L’effet délétère aura été le manque d’information, que ce soit au niveau gouvernemental ou structurel. Pour les personnes se rendant en dialyse par exemple, les lacunes de la communication de l’État ont beaucoup retenti sur les patients. L’information qui leur est délivrée est très spartiate, elle se fait a minima et change tout le temps. Il est très difficile de faire la part des choses entre ce que l’on entend à la télévision et qui est très catastrophiste, et ce que l’on ressent dans les centres de dialyse où on nous incite à rester sereins. Ces injonctions paradoxales font que les patients chroniques ont perdu de vue les réels dangers de cette crise, par exemple les dommages collatéraux liés au report de certains examens médicaux. J’espère qu’il restera quelque chose de cette crise vue sous le prisme des patients et pas seulement celui des soignants, et que la démocratie sanitaire s’en trouvera renforcée. Dans les divers groupes de travail de la Haute Autorité de santé impliquant des patients partenaires auxquels je participe, il y aura un avant et un après Covid-19. »


Source : Le Généraliste: 2908