Contrefaçon et stupéfiants, même combat  Abonné

Publié le 25/02/2011

Les sanctions contre le trafic de faux médicaments vont s’aligner sur celles qui régissent le trafic de stupéfiants. C'est une des mesures de la nouvelle législation visant à protéger, en Europe, les 77 millions d’Européens qui achèteraient aujourd’hui leurs médicaments en dehors des circuits autorisés. La fabrication de faux médicament est un marché plus lucratif que celui de la drogue alors que les peines encourues sont encore peu dissuasives.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte