Gynécologie

Contraception d’urgence et THS sous les feux de la rampe Abonné

Publié le 10/11/2010
Contraception d’urgence et THS sous les feux de la rampe


©BSIP

Au cours du congrès Infogyn (Tarbes, 8-9 octobre) et des Journées européennes de la Société française de gynécologie (Paris, 13-16 octobre) les dernières évolutions concernant la contraception d’urgence ont été évoquées. Le traitement hormonal substitutif, aujourd’hui à l’heure du bilan, a été également au cœur des débats.

À chacune sa contraception d’urgenceUlipristal acétate, lévonorgestrel, dispositif intra-utérin… L’offre de contraception d’urgence est aujourd’hui variée. Mais quelle est l’efficacité de chacune de ces méthodes ? Tout d’abord, la pose d’un dispositif intra-utérin (DIU) au cuivre est la méthode de contraception d’urgence la plus efficace : moins de 0,2 % de grossesse - soit 2 grossesses pour 1 000 utilisatrices - quel que soit le moment du cycle. De plus, il est possible de poser le DIU jusqu’à 5 jours après le rapport non protégé et il sert ensuite de contraception permanente.Quant au…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte