Conscience tranquille  Abonné

Publié le 10/02/2012

En plus de trente ans de pratique de la médecine générale, je n’ai jamais eu le sentiment d’avoir trompé ma conscience ou mes patients en prescrivant des produits inutiles. J’ai tout au moins utilisé les deux grands amis de la médecine que sont le temps et l’effet placebo. J’ai pu rassurer mes patients, leur éviter des examens inutiles ou des produits plus agressifs.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte