Etude Nutrinet

Comment mangent les Français

Publié le 24/11/2011
Plus de 200 000 internautes ont déjà participé à cette vaste enquête sur la nutrition. Près de trois ans après son lancement, celle-ci livre ses premiers secrets. Plus on est vieux plus on est en phase avec les recommandations du PNNS. 46% des gens suivent la recommandation «cinq fruits et légumes par jour».

Crédit photo : BURGER/PHANIE

Après 30 mois d’existence, l’étude Nutrinet livre ses premiers résultats. 206 102 « nutrinautes » sur les 500 000 attendus ont en effet déjà renseigné le contenu de leurs assiettes. Plus de la moitié des plus de 65 ans (52%) suivent bien les recommandations nutritionnelles nationales, contre seulement 16% des 18-25 ans, montre l'étude NutriNet -Santé, qui globalement relève des disparités quant au sexe, à l’âge et aux niveaux de revenus. Si les plus de 65 ans apparaissent trois fois plus en phase avec les recommandations sanitaires que les plus jeunes, d’autres facteurs que l’effet génération entrent en ligne de compte. « Le fait de connaître les repères facilitent l’adhésion, mais ce n’est pas suffisant, » souligne le Pr Hercberg. « Les femmes ont tendance à mieux respecter les recommandations du PNNS (Programme National Nutrition Santé) que les hommes » relève encore le principal auteur de cette étude (Unité de recherche en épidémiologie nutritionnelle, U557, Inserm, U 1125INRA/CNAM/Paris 13). En revanche, les hommes, les jeunes, les ouvriers, les populations à bas revenus et les fumeurs sont moins fervents des bons comportements nutritionnels.

On retiendra aussi de ces premiers résultats que 46 % des sujets de l’étude arrivent à suivre la recommandation « cinq fruits et légumes par jour ». Pas si mal... Mais quelque peu discordant avec une récente étude du CREDOC réalisée auprès de 1.222 foyers et rendue publique la semaine dernière, selon laquelle seulement 27% des Français suivrait ce mode d’emploi nutritionnel. Pour le reste, Nutrinet relève que globalement, les recommandations les plus suivies sont celles concernant les boissons alcoolisées (88%), les matières grasses ajoutées (84%), les types de matières grasses (74%), les sucres ajoutés (71%) et l'activité physique (77%). 29 % seulement entrent dans les clous pour « les produits laitiers », 20 % sont au-dessus des apports recommandés et 40 % en dessous. Les céréales complètes sont encore trop rares au menu des français, 16 % des sujets interrogés atteignant les objectifs du PNNS.

Suivre les recommandations permet d’avoir un apport calorique plus équilibré avec une contribution des lipides à hauteur de 35 %, une réduction des acides gras saturés et un apport plus important de glucides complexes. Idem pour les apports en fibres et les micronutriments qui s’améliorent avec le score d’adéquation aux recommandations nutritionnelles. Reste que l’objectif est de relier l’effet des comportements alimentaires à la survenue des maladies. « Nous souhaitons encore recruter pour atteindre une bonne puissance statistique, » a conclu le Pr Hercberg.

Dr Muriel Gevrey

Source : legeneraliste.fr