Sros ambulatoire

Comment la Meuse a fait son remembrement sanitaire Abonné

Publié le 25/09/2009
Comment la Meuse a fait son remembrement sanitaire


©VH

Innovation de la réforme Bachelot, l’instauration de cartes sanitaires en médecine de ville a fait couler beaucoup d’encre et salive, l’inquiétude se focalisant sur leur éventuel caractère contraignant. Dans la Meuse, on est passé aux travaux pratiques avant tout le monde. Et le concept est perçu comme une opportunité de relance des installations et de rationalisation des aides en zones rurales, pour la création de maisons de santé notamment.

En quelques années, les maisons de santé sont devenues incontournables. Au plus haut niveau de l’État comme pour les édiles des petites communes rurales, c’est désormais la solution toute trouvée pour répondre à la crise de la démographie médicale. Sauf que si on laissait faire les maires, les maisons de santé pousseraient comme des champignons après la pluie. Faut-il pour autant laisser à l’État le soin de tout planifier ? Les médecins du département de la Meuse ont une petite idée de la réponse après avoir anticipé les SROS ambulatoires que devront mettre en place dès 2010 les Agences…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte