Médecine de catastrophe

Comment la France réagirait à une crise nucléaire  Abonné

Publié le 18/03/2011
En cas de cataclysme comparable à celui du Japon, la population française n’aurait pas grand-chose à faire, hormis rester chez soi et avaler sa capsule d’iode. Et le rôle des médecins de famille dans ce cas de figure n’est pas précisément défini. Pourtant, un tel drame ne peut-être totalement exclu dans l’Hexagone.

Crédit photo : ©SPL/PHANIE

Championne de l’énergie nucléaire, la France compte trois réacteurs de plus que le Japon. Cinq centrales sont situées sur des zones à risque sismique au moins modéré tandis que cinq autres sont sur des côtes à risque de raz-de-marée. Autant dire qu’un scénario à la japonaise ne peut pas totalement être exclu en France, même si, depuis vendredi dernier, les ministres de l’Industrie et de l’Ecologie se sont voulus rassurants.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte