Cinq bonnes raisons de dire non  Abonné

Publié le 29/05/2009

• L’opposition de l’Ordre qui, dans l’état actuel du projet, n’exclut pas des poursuites disciplinaires.

• Une brèche dans le principe libéral du paiement à l’acte et le risque de faire dépendre une partie de sa rémunération des caisses.

• Un mode de calcul très compliqué, qui rend aléatoire toute anticipation sur le montant de la prime. De plus, le médecin traitant n’a pas entièrement la main sur les prescriptions de ses patients. Par exemple, s’il initie 68 % des traitements de statines, le reste l’est pas les spécialistes de ville ou l’hôpital.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte