Cancer prostatique

Chimioprévention : vrais ou faux espoirs ?  Abonné

Publié le 09/04/2010
Une étude suggère qu’un traitement par dutastéride pourrait réduire de près d’un quart le risque de cancer de la prostate chez les patients à risque. Mais la chimio-prévention semble encore utopique en pratique courante.

Crédit photo : ©ZEPHYR/SPL/PHANIE

Avec près de 70 000 nouveaux cas par an en France, le cancer de la prostate est le cancer masculin le plus fréquent. Cette incidence élevée associée à la longue période de latence entre le début de la maladie et l’apparition de signes cliniques en font, pour certains, un candidat idéal à la chimioprévention. Plusieurs molécules ont été testées dans cette optique avec jusqu’à présent des résultats négatifs ou en demi-teinte.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte