Polémique

Chassang-Legmann : la guerre est déclarée

Publié le 28/03/2012
CSMF et SML ne supportent plus les critiques de l’Ordre des médecins sur la nouvelle convention qu’ils ont signée. Dernier épisode en date : une prise de position du président du Conseil national contre le paiement à la performance a fait hurler les chefs de file des deux syndicats. Ambiance...

Crédit photo : ©PHANIE

C’est un article sur le paiement à la performance, paru dans le dernier bulletin de l’Ordre, qui a mis le feu aux poudres. Michel Legmann y intervient aux côtés de Jean-Paul Hamon, leader de la FMF et de l’économiste Claude Le Pen. Interrogé sur ce nouveau dispositif, le président du CNOM évoque un « marché de dupes ». Avant d’ajouter qu’il « induit un conflit d’intérêt entre le médecin et son patient ». Il n’en fallait pas plus pour attiser la colère de la CSMF et du SML prêts à défendre bec et ongles « leur bébé », le P4P, adopté par 97 % des médecins !

« Le bulletin de l’Ordre nous fait hurler ! » s’est écrié aujourd’hui, mercredi, le président du SML Christian Jeambrun. « On a un président du CNOM qui dérape ! » renchérit, de son côté, Michel Chassang : « nous lui adressons un carton rouge vif ! » Le président de la Conf’ accuse Michel Legmann de veilleités politiques peu déontologiques, notamment de « rouler pour un syndicat minoritaire », la FMF, allusion notamment au fait que l’actuel président de l’Ordre ait été adhérent de ce syndicat... Et « pour un parti », l’UMP, dont il a été longtemps un élu local à Neuilly. Mécontent, Michel Chassang menace le CNOM d’un droit de réponse.

Ce n’est pas la première fois que les syndicats s’en prennent au président du CNOM, l’accusant d’outrepasser ses prérogatives et d’empiéter sur celles des syndicats. La rivalité était notamment apparue lors de la négociation du protocole sur la sécurité des médecins avec le ministère de l’Intérieur : le premier refusant de signer au même moment que les syndicats, la CSMF critiquant ensuite les lenteurs prises par le dossier… Depuis lors, les réserves émises par l’Ordre sur la nouvelle convention médicale ont exacerbé la tension.

La réponse du CNOM au « carton rouge » des syndicats n’a pas tardé. « Pourquoi tant d’agressivité ? » se demande le patron de l’Ordre. « C’est bien conformément à la loi que le Cnom a émis un avis sur le projet conventionnel. C’est de son devoir et c’est la règle de la démocratie. Que chacun veuille bien l’accepter et la respecter » peut-on lire dans un communiqué adressé aux rédactions. Occasion pour le président Legmann de prendre de la hauteur par rapport à ses adversaires, appelant à ce « que les esprits se calment » et souhaitant « que la sérénité revienne ».

De son côté le président de la FMF, Jean-Paul Hamon, est bien entendu revenu à la rescousse : pour lui, Michel Chassang et Christian Jeambrun sont en train de faire un « mauvais procès » au président de l’Ordre. « À partir du moment où l’éthique des pratiques est mise en cause, l’Ordre est parfaitement sur son terrain et avec le P4P il y a incontestablement un conflit d’intérêts » note-t-il, avant de se questionner : « en quoi quelqu’un qui s’attaque une Convention signée sous le règne de Xavier Bertrand roulerait-il pour l’UMP ? ».

Décidément, rien ne va plus entre l’Ordre et les partenaires conventionnels. Le mois dernier, c’était face à Frédéric Van Roekeghem que Michel Legmann s’était vivement opposé, à propos cette fois des dépassements d’honoraires abusifs. Le patron de la Cnamts reprochait à l’Ordre sa passivité vis-à-vis des médecins secteur 2 concernés. Et de son côté, le président du conseil National accusait la Sécu de rétention d’informations, lui reprochant de ne pas l’avoir saisi des cas d’abus du tac et mesure...


Source : legeneraliste.fr