Allergologie

À chaque région ses allergènes !

Publié le 14/08/2012
Cyprès autour de la méditerranée, ambroisie en Rhône-Alpes, etc. Selon le climat et les implantations végétales, la période des allergies polliniques varie d’une région à l’autre.

Une surveillance rapprochée des espèces allergisantes à l’échelon local, à l’image de ce que propose le pollinarium sentinelle de Nantes, permet de détecter de façon précoce les périodes critiques et d’anticiper l’allergie.

Un pollinarium sentinelle à Nantes

La région nantaise a trouvé une solution pour prendre de vitesse l’allergie au pollen ! Le pollinarium sentinelle du jardin des plantes de Nantes, détecte la pollinisation des espèces allergisante très tôt et prévient les allergiques dès l’apparition des premiers grains de pollens. Le principe : guetter la floraison des espèces allergisantes qui signale le début de la pollinisation et devance généralement d'une à trois semaines les pics polliniques mesurés par les capteurs classiques. Le pollinarium rassemble vingt espèces végétales connues pour leur potentiel allergisant et présentes dans un rayon de 50 km autour de Nantes. « Nous avons eu une démarche scientifique unique avec des plantes très différentes qui couvre réellement la pollinisation de la région nantaise» souligne le Dr Dominique Chevallier, allergologue et membre de l'Association des Pollinariums Sentinelles de France (APSF). Leur pollinisation est surveillée par des botanistes et l’alerte déclenchée en temps réel.

Une Newsletter pour anticiper

Une Newsletter* gratuite, mise en place début Mars par l’APSF, en partenariat avec Air Pays de la Loire, avertit les médecins et les allergiques qui s'inscrivent, dès qu’une émission de pollen débute. Grâce à cela, « on peut traiter en amont les cas les plus sévères comme les asthmatiques » précise le Dr Chevallier et ainsi éviter les exacerbations de la maladie. « Nous avons aussi vérifié par une étude publiée sur 90 patients que le fait de les prévenir pouvait réduire de 20 % le score de gène nasale. » Lorsque le dernier plant d’une espèce n’émet plus de pollen l’information est transmise afin que les allergiques stoppent leur traitement. Le code couleur est informatif : vert : la plante n’émet pas de pollen, rouge : la pollinisation est très active, gris : la plante a fini d’émettre du pollen. Il y est associé une information générale sur la plante qui commence ou vient de finir d’émettre du pollen. À terme, l’initiative qui bénéficie du soutien de l’ARS Pays de la Loire devrait s’étendre sur l’ensemble du grand Ouest, avec la création d’autres pollinarium sentinelles.


Source : legeneraliste.fr