Si « Le Généraliste » était paru en octobre 1902

Cet heureux temps où les médecins étaient exemptés d’impôt

Publié le 16/10/2015

Autrefois les médecins, écrit l’historien J.-C. Sabatier dans ses “Recherches historiques sur la Faculté de médecine de Paris”, étaient exempts de toute charge par suite des privilèges de l’Université, privilèges que chaque roi de France reconnaissait à son avènement au trône. Ils étaient exempts des tailles, octrois, du logement des soldats, et même à certaines époques où les besoins de l’État faisaient prélever des impôts extraordinaires, ils n’étaient point obligés de s’y soumettre.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)