Cellules souches : un congrès au Vatican pour relancer le débat

Publié le 09/04/2013

Comme alternative aux thérapies à base de cellules embryonnaires, le Vatican va organiser jeudi un deuxième congrès en deux ans pour promouvoir la recherche sur les cellules souches adultes. Lors d’une conférence de presse, le cardinal Gianfranco Ravasi, président du Conseil pontifical de la culture, a présenté mardi ce congrès, de jeudi à samedi, auquel participeront de nombreux chercheurs, en particulier le prix Nobel de médecine 2012, John Gurdon, biologiste moléculaire britannique. Alors que de nombreux pays et bientôt la France- autorisent la recherche sur des embryons pour soigner ces maladies, cette voie est proscrite par l'Eglise qui considère qu'elle détruit la vie. D’où sa volonté de promouvoir des alternatives. «Les bénéfices» des thérapies à base de cellules souches sont «considérables», a argumenté le cardinal italien. Selon ses promoteurs, cette recherche est plus efficace que celle sur les cellules embryonnaires, au-delà même du débat éthique. Le congrès devrait notamment faire témoigner des personnes guéries grâce à ces thérapies. Et les résultats seront présentés au pape François. Les cellules embryonnaires possèdent des «limites» comme «le risque de rejet, la capacité à développer des tumeurs», a souligné pour sa part Mgr Tomasz Trafny, responsable du département scientifique du Conseil de la culture. Comme le précédent en novembre 2011, ce congrès est organisé en collaboration avec le laboratoire américain NeoStem, dirigé par Robin Smith, également présidente de la "Stem for Life foundation".


Source : legeneraliste.fr