Nutrition et environnement

Ce qui est démontré, ce qui reste à prouver  Abonné

Publié le 20/12/2013

La balance bénéfice/risque vis-à-vis du cancer penche en faveur d’une consommation accrue de fruits et légumes, même issus de l’agriculture conventionnelle, c’est à dire non bio. Cela épargnerait au moins 20 000 cas de cancers par an aux états-Unis ( Food Chem Tox 2012).

Les supprimer au prétexte qu’ils sont contaminés en pesticides en éviterait 10.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte